logo article ou rubrique
Visite du Parlement européen à Strasbourg
Article mis en ligne le 24 mars 2017
dernière modification le 17 août 2018

par Fabrice Audet

Les 14 et 15 mars 2017, 36 élèves de 4e et 3e, accompagnés de deux professeurs et des deux CPE, ont eu la chance d’être invités par la députée européenne Sylvie Guillaume à visiter le parlement européen (PE) à Strasbourg.

L'entrée principale du Parlement européen, surnommée « la tour de Babel ». Photo de groupe devant les drapeaux des pays membres de l'UE. Photo de Groupe devant le Parlement européen. Nos élèves en salle de conférence. Entretien avec Mme Guillaume en salle de conférence. Le Parlement européen dans le soleil couchant. Une maquette du Parlement européen. Photo de groupe devant la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. Le grand orgue de la cathédrale. L'horloge astronomique de la cathédrale. Des vitraux de la cathédrale. Vue du haut des 330 marches de la cathédrale, avec le Parlement européen au loin. Vue du vieux Strasbourg depuis le toit de la cathédrale. Les toits des maisons traditionnelles du quartier historique. L'église luthérienne St Thomas, dont l'orgue a pu profiter de la visite de Mozart. Les vieux quartiers de Strasbourg, sur les bords de l'Ill. Le barrage Vauban, destiné à inonder la région en cas d'invasion. Les ponts couverts (qui ne le sont plus) et les anciennes tour du rempart médiéval. Le quartier de la Cathédrale. Le quartier de la petite France. Une ruelle de la petite France. Une cigogne dans le parc de l'orangerie. Une statue de Gutenberg, qui vécut à Strasbourg. On raconte que ce sont les presses à raisin qui lui auraient donné l'idée de l'imprimerie. 2e photo de groupe devant le Parlement européen.

Après 3h30 d’un confortable trajet en TGV, nous sommes passés déposer nos bagages à l’hôtel avant de prendre la direction du PE, où nous étions attendus à 14h. Nous avons passé les différents contrôles de sécurité, comme dans un aéroport. Puis nous avons pénétré dans le bâtiment principal, surnommé « la tour de Babel », car il abrite les bureaux des députés des 28 (bientôt 27) États de l’Union européenne (UE), qui parlent pas moins de 24 langues différentes. Nous avons fait une photo avec Mme Guillaume devant les drapeaux des États membres de l’UE. Elle nous a accueillis dans une salle de conférence pour passer une vingtaine de minutes en sa compagnie. Je tiens à signaler que, mis à part la belle plaquette préparée par Mr Champenois, nous n’avions pas préparé nos élèves à cet entretien. Nous avions, je l’avoue, une petite crainte, nous demandant si les élèves auraient des questions à poser et si elles seraient pertinentes. Cette crainte était bien injustifiée.

Madame Guillaume s’est d’abord présentée. Elle est un des 751 députés et l’un des 14 vice-présidents du PE . Élue depuis 2009, elle effectue actuellement son second mandat. Elle représente une circonscription qui regroupe 16 départements du sud-est de la France, dont le Rhône. Elle appartient au groupe politique « Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen », de gauche. Aucun groupe politique n’a la majorité au PE, le plus important groupe étant le « Parti populaire européen » (la droite). Si l’on se focalise sur les 74 députés représentant la France, le plus grand groupe est « l’Europe des nations et des libertés » (extrême-droite).
Mme Guillaume fait partie de 2 commissions sur les 20 commissions parlementaires du PE : la première se nomme « Libertés civiles, justice, affaires intérieures » et la seconde « Culture, éducation, citoyenneté, jeunesse ». Elle nous a rappelé que le PE assure la représentation démocratique de l’UE, puisque c’est l’institution européenne élue au suffrage universel.

Une fois sa présentation terminée, Mme Guillaume a donné la parole à nos élèves, qui ont immédiatement posé leurs questions avec franchise et parfois innocence. Les réponses de la députée ont été précises et claires. Elle a parlé aux élèves de façon très directe, avec bienveillance et pédagogie.

  • Élèves : « Quelles études avez-vous faites pour devenir député européen ? »
  • Mme Guillaume : « Les études n’ont rien à voir avec ce métier. Je ne me suis jamais préparée à faire de la politique, à devenir députée. Ce qui compte le plus, c’est l’engagement personnel, ce qui ouvre des perspectives à tout le monde. »
  • Élèves : « Parlez-vous plusieurs langues ? »
  • Mme Guillaume : « Oui, d’ailleurs je maîtrise mieux l’allemand que je ne le pensais. Il y a 24 langues officielles à l’UE. Vous voyez derrière vous les salles où s’installent les traducteurs ».
  • Élèves : « Savez-vous de quoi vous allez parler dans les réunions ? »
  • Mme Guillaume : « Oui. Aujourd’hui, il me reste 5 réunions à faire dans l’après-midi, dont une sur les élections françaises à venir, pendant laquelle je pense qu’il va y avoir des discussions houleuses. »
  • Élèves : « Ce métier est-il difficile ? »
  • Mme Guillaume : « Je parlerais plus de fonction que de métier. Il faut un engagement fort qui nécessite de beaucoup apprendre et se spécialiser. Il faut avoir l’esprit ouvert, comprendre comment les autres nationalités fonctionnent, comment on peut vivre et travailler ensemble dans l’UE. Nous devons nous améliorer afin d’éviter que des gens aient envie de sortir de l’UE ».
  • Élèves : « Le président de l’UE est président de l’Europe ? »
  • Mme Guillaume : « En quelque sorte, oui, mais il n’est pas le seul. Il y a aussi un président du Conseil européen et et de la Commission européenne. Il faudrait quand même quelqu’un qui soit mieux identifié. »
  • Élèves : « Est-ce que ce métier vous prend tout votre temps, ou vous faites autre chose à côté ? »
  • Mme Guillaume : « Vous voulez parler du cumul des mandats ? Oui, j’ai cumulé pendant un temps. J’ai été adjointe au maire de Lyon, mais je pense que c’est impossible de cumuler les deux. Le lundi, je travaille dans ma circonscription. Les mardi, mercredi et jeudi je suis à Bruxelles. Le vendredi, je pars à nouveau dans ma circonscription, au contact des électeurs. C’est un travail très prenant, mais très intéressant. Je travaille trois semaines en commission à Bruxelles, puis une semaine pour les votes à Strasbourg. »
  • Élèves : « Faites-vous campagne ? »
  • Mme Guillaume : « Oui, mais ce n’est pas très visible. Je ne passe pas à la télé. Les campagnes européennes passent plutôt inaperçues. »
  • Élèves : « Pourquoi y a-t-il deux lieux pour le fonctionnement de l’UE ? »
  • Mme Guillaume : « Ce n’est pas très utile, mais symbolique. C’est une question polémique. Les fondateurs de l’UE avaient l’idée que se trouver à la frontière de deux États autrefois belligérants (France et Allemagne) était symboliquement fort. Pour travailler, la capitale belge est un lieu de rencontre plus efficace. »
  • Élèves : « Vous êtes lyonnaise ? Vous voudriez être maire de Lyon ? »
  • Mme Guillaume : « Oui, je suis lyonnaise depuis longtemps. Non, j’ai été adjointe du maire aux affaires sociales, mais mon projet n’est pas d’être maire de Lyon ».
  • Élèves : « Pourriez-vous être président de la République ? »
  • Mme Guillaume : « On verra… Peut-être suis-je trop âgée pour ça. »
  • Élèves : « Vous représenterez-vous à la fin de votre mandat ? »
  • Mme Guillaume : « Je ne sais pas. Pour conclure, les élections présidentielles vont rythmer la vie politique des gens. Je suis inquiète, sans vouloir être alarmiste, de la tournure des événements : mensonges, idées dangereuses… Cela aura une incidence sur la suite de ma vie politique. »
  • Élèves : « Qui soutenez-vous pour les élections ? François Fillon ? »
  • Mme Guillaume : « Non, je ne soutiens pas François Fillon. Nous n’avons pas le même tailleur. Je soutiens Benoît Hamon. »

Madame Guillaume nous a ensuite quittés pour se rendre à ses autres réunions. Mme Marie RAMOT, conférencière, nous a présenté l’UE pendant une demi-heure. Les élèves ont été très actifs, très réactifs, posant des masses de questions, parfois dans une ambiance sonore un peu trop bruyante et désordonnée, mais avec beaucoup d’enthousiasme et un vif intérêt. Mme Ramot a félicité nos élèves pour leurs remarques, leurs connaissances et leur participation. Elle a même dit que nos collégiens avaient plus de connaissances et d’intérêt qu’un groupe de lycéens belges qu’elle avait vu le matin.

Après la conférence, nous avons été conduits dans les tribunes au-dessus de l’hémicycle. La salle est très impressionnante, immense, très blanche et lumineuse. Il était hélas interdit d’y faire des photos. Il y avait peu de députés présents car il s’agissait du compte-rendu d’un travail de commission, pas d’un vote. A côté de nos sièges, nous avions un casque et la possibilité d’entendre la traduction des interventions des députés dans toutes les langues. Intéressant. Nous pouvions voir les boxes des traducteurs, avec plusieurs traducteurs pour chaque langue. Après une demi-heure, nous sommes partis du PE, vers 17h. Une promenade dans le quartier des institutions européennes nous a permis de confirmer un de nos clichés sur l’Alsace : il y a bien des cigognes à Strasbourg.

Le soir, nous avons dîné dans une brasserie. Avant de rentrer à l’hôtel, nous avons fait une promenade pour voir la cathédrale illuminée. Après une nuit interrompue par une fausse alerte incendie (à 3h50 !), la matinée du lendemain a été consacrée à une visite du vieux Strasbourg, magnifique sous un soleil radieux. Certains élèves ont eu le courage et l’énergie de monter les 330 marches de la cathédrale pour une vue imprenable sur les toits très particuliers des maisons traditionnelles alsaciennes. Quatre heures de TGV nous ont ramenés à la gare de Lyon Part-Dieu à 17h.

Nous remercions Mme Guillaume pour son invitation et pour le temps qu’elle nous a consacré. Nous remercions aussi Mme Ramot pour la qualité de son intervention et de sa relation avec les élèves.
Les adultes, professeurs et CPE, remercient les élèves pour leur comportement, qui n’a appelé aucun reproche. Nous avons été heureux de partager ces moments avec eux, dans une ambiance très agréable. Notre souhait est que cette expérience puisse être reconduite le plus souvent possible.


Nous joindre

Equipe de direction

  • Chef d'établissement : Mme Conio-Minssieux
  • Chef d'établissement-adjoint : M. Fleury
  • Adjoint au chef d'établissement-Gestionnaire : M. Tarrade


Vie scolaire

  • CPE 6ème et 3ème : Mme Saimpont
  • CPE 5ème et 4ème : M. Collier
  • Psychologue de l'Education nationale : Mme Brunet
  • Assistante sociale : Mme Lyotard

Accueil | Réalisé sous SPIP Version : 3.2.5 [24404] | Charte graphique : ESCAL Version : 4.3.19 | Mentions légales | Plan du site |
2012-2019 © Collège Jean Perrin Lyon - Tous droits réservés